LE MAKING OFF DE TRIATHLETE

Ce que vous n’avez pas pu lire dans « TRIATHLETE »

Anne BASSO :

- Au delà du plan sportif que t’as apporté ta rencontre avec Brett ?

C’est un véritable passionné qui reste à l’écoute, qui sait être exigeant, mais surtout qui te responsabilise.

A toi de te révéler.

Sans aucun doute c’est le secret de la réussite de ses protégés.

Pat HUON dit l’Indien :

- En natation, tu as progressé et continue de progresser, la course à pied n’est pas un problème pour toi. Penses-tu enfin que tu as le bon vélo pour retrouver des bonnes perfs ?

Tout d’abord, constat est tiré que le niveau moyen des performances c’est amélioré depuis quelques années. En conséquence, tu dois être performant dans les 3 disciplines et si possible excellent dans l’une d ‘entre elles.

Au risque de te surprendre, actuellement je porte principalement mes efforts sur la CàP.

Concernant le Vélo, source de nombreux commentaires, en particulier sur le matériel, il me semble qu’une partie de la réponse se trouve dans les conditions d’entrainement particulières au Pays Niçois (circulation, topographie) et surtout mon niveau d’implication.

Mais plus surement sur le fait d’avoir focalisé sur la Nat (sans pour autant y accomplir d’exploits !!!) en délaissant le Vélo.

- T’arrives t-il de penser que l’Indien te manque ?

Pat, nous avons vécu, avec quelques uns des moments inoubliables. Comment oublier ces longues discussions passionnées, ces rêves partagés, ces entrainements à ce faire péter le caisson ou à se noyer. Bien loin du monde des Pros, un réel bonheur d’avoir connu cette communion.

Sébastien SUDRIE :

- A bientôt 30 ans, comment fais-tu pour avoir une couverture sociale, cotises-tu à un fond de retraite sachant qu’il faut plus de 40 ans pour toucher une pension ?

Pour beaucoup de Triathlètes Pros ces questions se posent, hors si tu es fonctionnaire, militaire, pompier, salarié de GRDF ou autre et que tes supérieurs te dégagent des contraintes inhérentes à ton emploi et te laisser empocher les primes (courses et sponsors).

C’est à la limite d’un emploi fictif, mais chacun fait se qu’il peut.

Reste les emplois aménagés, mi-temps, saisonniers, auto-entrepreneurs, mais dans ce cas là tu limites tes ambitions sportives.

A mon avis la seule solution pérenne est de pouvoir intégrer une structure Pro et de rechercher la mutuelle ou l’assurance te permettant d’avoir une couverture sociale. Pour ce qui est de la reconversion et de la retraite, quand tu vis une passion ce n’est pas ta préoccupation première, d’autant que la retraite dans 40 ans ???

Il me faudra quand même vivre dans l’attente !!!

Quand même quelques certitudes, avant de me lancer dans l’Aventure, j’avais sur l’insistance de mes parents suivi des études, sanctionnées par un Diplôme de l’ESTP.

Par ailleurs l’adaptation sans cesse à de nouveaux environnements, les exigences de la compétition seront des atouts pour une reconversion.

Le monde est grand, pourquoi restreindre son avenir en France ?

Romain GUILLAUME :

- Comme beaucoup d’athlètes du TBB, vas-tu faire l’Alpes d’Huez et/ou Embrun ?

Je ne peux actuellement te répondre. Le programme des courses en Europe n’est pas encore arrêté. Par contre, ce qui est à mini, prévu : un I.M.

- Tout comme moi tu souhaites aller à Hawaii en 2014. Vas-tu en faire beaucoup cette fin de saison pour être tranquille et privilégier les entrainements en 2014, ou vas-tu étaler toutes les courses de qualifications ?

Je pense qu’il n’entre pas dans les principes de Brett de te programmer pour une compétition mais tout simplement de te pousser à te révéler pour ensuite t’exprimer pleinement en compétition.

Pour Hawaii 2014 comment ne pas prendre le départ fin 2013 de COZUMEL (avec Andrés CASTILLO, James CUNNAMA et Scott DEFILIPPIS) je serai un des « local » et ensuite en fonction du calendrier WTC, regarder vers les STATES ou le BRESIL.

Si confirmation de mes capacités à claquer un top 15 à KONA un ajustement sera nécessaire pour la suite de la saison, avec certainement comme toi l’objectif impératif de passer au premier cut off.

Benjamin PERNET :

- La France possède de jeunes triathlètes talentueux sur longue distance. Par ailleurs le Triathlon est susceptible d’être un marché intéressant pour des équipementiers français. D’après toi quels sont les verrous à la création d’une équipe pro made in France ?

Une question récurrente.

Une réponse évidente dans le vélo.

Sans parler des D1 et D2 comment fonctionne une D3 voire une DN1.

Quel budget, quels moyens et quelle organisation.

Un homme providentiel capable de fédérer Collectivités, Equipementiers, Sponsors et une équipe d’hommes convaincus

Il s’agit de créer une entreprise.

Cyril VIENNOT :

- Quel objectif à court terme/ long terme t’es-tu fixé ?

Comme beaucoup, aller au bout de soi même, ne rien regretter.

Je t’accorde, réponse facile quand tu n’a ni contrainte familiale, ni professionnelle.

Message perso : Top 10 cette année, tu peux le faire.

Bonne lecture

Trevor

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

©2006-2020 by Trevor DELSAUT Elite Triathlete and Coaching